Le facteur soule

Le facteur soule est une création artistique collective motivée par l’idée de transmettre à des publics l’aventure d’un recyclage d’un jeu de balle traditionnel : la soule.

La soule (ou choule, sioule suivant les régions) est le nom donné à la balle et au jeu en lui-même. Ce jeu populaire traditionnel était très répandu en France (et en Europe sous d’autres appellations) jusqu’à la révolution française de 1789, puis plus résiduellement jusqu’au XIXème siècle. Il est souvent évoqué en tant qu’ancêtre du rugby et du football.

En 1988, sort en salle le film intitulé La Soule de Michel Sibra. La rencontre entre cette œuvre de fiction et l’imaginaire d’habitants du village de Lascazères dans les Hautes-Pyrénées fait germer l’idée d’une pratique ludique et culturelle de pleine nature.
La soule s’avère être un tel catalyseur d’énergies et de créativité entre 1995 et 1997, qu’une association est créée (association La Soule) et donne naissance à la compagnie sociale informelle des soultimbanques (adhérents de l’association, joueuses et joueurs de soule).
Cette compagnie, dont peuvent aujourd’hui se réclamer pas loin de 500 personnes, a sillonné activement les campagnes du sud de la France avec des incursions en terre auvergnate, champenoise, normande, jusqu’en 2007, avec des rassemblements conséquents en 1995, 1996, 2000, 2005 à Lascazères, creuset de cette néo-soule.

Le facteur soule est conçu comme une œuvre collective polymorphe, ambulante, in progress, dont la scénographie, articulée autour d’un centre (dôme), proposera des itinéraires dans l’espace rural ou il s’implantera. Le public ira à la découverte de l’aventure des soultimbanques, actrices/acteurs, passeuses/passeurs de cette fête nomade, en découvrant des œuvres photographiques, gravées, picturales, sculpturales, théâtrales et vidéographiques.
Cette transposition d’une pratique culturelle populaire dans le champs artistique et fictionnel est scénarisé autour de trois thématiques :
– L’origine d’un monde : la présence fondatrice des femmes dans un jeu dit de brutes. Effets produits par ce choix initial dans la pratique festive et ludique.
– L’enfance de l’art : la notion d’enfance comme moteur de la néo-soule. L’appétit de liberté et d’interdits. L’enfance perdue que l’on cherche dans les bois. La présence évidente de la référence collective à la guerre des boutons ou aux enfants perdus de Peter Pan.
– Passer par la tête : nécessité de l’acte de transmettre. Transmettre la balle et les informations dans le jeu. Transmettre une pratique sociale à d’autres. Et donc ce besoin d’exprimer ce qui passe par la tête, par l’imagination, ce besoin de création. « Le réel doit être fictionné pour être pensé » Jacques Rancière

Le facteur soule est une tentative d’utiliser les codes de l’exposition pour faire acte de transmission (la passe) tout en souhaitant fausser compagnie à la muséification qui attend au coin de la rue. L’idée de ne pas se laisser enfermer dans des territoires, comme des papillons dans leur boîte de verre, et donc de se mélanger à des populations et cultures différentes est toujours le mobile essentiel de ce processus créatif.

Ce projet est porté par la structure de production Façons de passer, dont le siège social est basé à Lascazères, 13, cami do sergent 65700.

Le facteur soule prendra progressivement corps et espace à partir de juin 2015 à Lascazères. Il ira s’installer au Royaume Uni en septembre 2015 pendant la coupe du monde de rugby, puis continuera son itinérance en passant par quelques lieux encore à préciser en s’étoffant de nouvelles créations et terminera son voyage à Lascazères en juin 2016 où il sera mis à disposition de la commune comme outil de développement local parce que porteur de sens et de pertinence dans ce village que l’on peut qualifier d’antre de la soule contemporaine.

Personnalités participant au projet : Daniel Herrero (homme de rugby, arpenteur du monde), André Minvielle (troubadour vocalchimiste, collecteur d’accents), Michel Sibra (réalisateur cinéma et télévision), Laurent Sébastien Fournier ( Maître de conférence, sociologue du sport et des loisirs)